Véritable prodige de la peinture, Bernard Buffet entre à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris à l’âge de 15 ans. Cinq ans plus tard il signe un contrat d’exclusivité avec le galeriste et marchand d’art Emmanuel David. C’est le début d’un succès populaire qui ne plaira pas à tous, et surtout aux élites qui lui reprocheront toujours sa production massive d’œuvres d’art. Et pourtant, le peintre expressionniste ne peut pas s’en empêcher, d’ailleurs il avouait au Figaro dans une interview en 1992 : « Je ne suis vraiment heureux que lorsque je peins. […] Depuis 1946, je dois faire à peu près un tableau tous les deux jours… ». Des œuvres au style unique qui feront de lui l’un des plus grands artistes peintres du XXème siècle.

Les œuvres les plus connues de Bernard Buffet

Nous sommes en 1948, Bernard Buffet à 20 ans, il réalise sa première exposition, dans la librairie-galerie de Guy Weelen et Michel Brient. A l’époque le critique d’art Pierre Desquargue parle de Bernard Buffet en ces termes : « il témoigne puissamment du désarroi de notre époque. L’inaction de ses personnages, leur vie absurde, Bernard Buffet les exprime comme un mal dont on est soi-même victime, avec violence, en se donnant soi-même, tout entier, à cette œuvre de vengeance, c’est-à-dire en mêlant intimement l’amour et la haine. » Quelques années plus tard, il présente à la Galerie Charpentier ses séries sur La Passion du Christ et Les Horreurs de la Guerre, ces œuvres puissantes vont bouleverser le public. D’autres séries se feront remarquer telles que les portraits d’Annabel, sa femme et sa muse, la séries Les Folles, mais aussi ses paysages et ses natures mortes. Un de ses tableaux les plus connus s’intitule « Tête de Clown » et a été réalisé en 1955. D’ailleurs, de nombreux critiques évoquent la période 1948 – 1960 comme étant la meilleure du peintre expressionniste. D’autres toiles sont marquantes : Le Buveur, L’Enfer de Dante Homme à la Tête Coupée, Autoportrait N°11, ou encore Paravent : Les Instruments de Musique.

Les thèmes de prédilection de Bernard Buffet

Comme le disait Alberto Giacometti : « dans toute œuvre d’art, le sujet est primordial, que l’artiste en soit conscient ou non. » A l’image de nombreux artistes peintres, Bernard Buffet avait des thèmes de prédilection. Les amateurs du peintre star de l’après-guerre reconnaissent ses nombreux clowns, ses autoportraits, ses paysages, ses natures mortes, mais aussi les toiles représentant sa muse et épouse Annabel Schwob, la femme qui partagera sa vie. Bernard Buffet a été aussi influencé par le Japon et l’Asie, un amour que l’on retrouve dans sa série « Sumo et Kabuki ». L’artiste a toujours écouté ses envies, d’ailleurs il déclarait : « Je ne pense jamais aux autres quand je peins, si tel était le cas, je ne peindrais plus rien. » Peu de temps avant de mettre fin à ses jours, Bernard Buffet déclarait : « pour un artiste, à quoi bon le suicide ? De toutes les façons, on ne part pas. Les œuvres demeurent. » L’artiste laisse derrière lui 8000 œuvres inimitables qui marqueront à jamais la période d’après-guerre.